L’XTC du peuple

Les années 80 et la musique. Pour moi, c’est un peu comme les années 1910 et la fraternité des peuples. Quelque chose d’incompatible. Et pourtant petit à petit, mes oreilles ont enfin trouvées des trésors provenant de cette décennie. Choc!

All Of A Sudden

Il y a eu le mouvement punk. Ok, on a bien rigolé, mais si on essayait de faire de la musique! (Douce mélodie de l’appeau à trolls! Je plaisante, bien entendu). À la fin des années 70, un groupe apparait. Comme d’habitude les premiers albums sont biens mais pas tops.Mais la différence est là, car s’ensuit ensuite trois albums que je considère comme des chefs-d’œuvre.
Cette article ne va pas s’attarder sur la bio du groupe, M. Pedia le fait mieux que moi. Je vais plutôt tenter de vous expliquer pourquoi j’aime leur musique.

Making Plans For Nigel

Ici, nous avons deux compositeurs : à l’est, Andy Partridge, à l’ouest, Colin Moulding. Pour l’un des musiques déstructurées et des paroles folles, de l’autre la pop dans toute sa splendeur. Ce groupe partiellement bipolaire parvient à créer une musique aigre-douce, dans le sens premier des deux termes : la batterie est sèche, mais la basse est ronde. Une des guitares le son qui gratte, l’autre égraine des arpèges de l’espace. La voix d’Andy dérange, celle de Colin rassure. Et malgré ses oppositions, l’alchimie est là, et le musique tient en équilibre. Bon, si après ça vous ne voyez pas un parallèle avec la Guerre Froide, je peux plus rien faire.

Millions

Bien entendu, un tel groupe talentueux est connu et reconnu par le public, a gagné des millions qu’ils ont dépensé dans des poudres nasales ou autres substances intraveineuses. Les groupies par paquet de dix continuent à se déshabiller juste en entendant la première note de l’introduction de …. Bon ok, ils ont eu le bon goût de réussir très brièvement, d’éclater aux faits de leur gloire, et de ne pas essayer de vainement revenir sur le devant de la scène. Le revers de la médaille à base de cacao (et parfois de graisse végétales, salau** d’européen), c’est leur relative méconnaissance actuellement. Oui, vous, devant la platitude liquides de cristaux encadrés, connaisachiez-vous XTC. Un titre seulement à me citer sans avoir regarder dans l’Internet du Cyberweb (dédicace à M. Patrick B., podcasteur chez NeRegardePas)?
Pour ma part, c’est mon ami, bassiste de l’extrême dans notre groupe, qui me les a fait découvrir. Être plus âgé que moi dans les années 1980, ça aide! À force de m’entendre déblatérer sur cette période, il m’a sorti une liste de p* de groupe que je ne connaissais pas. Le premier que je m’empressais d’écouter était le groupe cité ci-dessus (champs lexical du courrier administratif FTW!). Comment dire? C’est le genre de claque qui te remet le cerveau en place. Ça te secoue, ton ego souffre, tes certitudes sont chamboulées, mais cette douleur, tu l’aimes (pas comme les pinces à tétons, non!). Et puis j’ai écouté, cherché, fouiner. Pour comprendre. Pour savoir. Pourquoi m’étais-je fourvoyer dans une telle haine musicale envers une décennie? Pourquoi un tel groupe, de tels chansons, ne sont pas reconnus? Pourquoi cette attraction sexuelle, mais virile, envers l’@enfantbulle?
Réponses toujours en suspens…

Living Through Another Cuba

Rythmes afro-cubains, envie de bouger son séant en rythme (et par forcément de façon élégante). Oui, nous sommes en train d’écouter Kid Créole and … Non je déconne (c’est mon article, je fais ce qu’il me plait). Cette chanson prend racine dans les débuts de la période Froide, et préviens les auditeurs curieux de la récurrence temporelle des jeux malsains des grands de ce monde. Mais surtout, la partie musicale est un régal à écouter. Je vous laisse fureter sur les tubes pour trouver une vidéo (live de préférence, pour se rendre compte de leur puissance).

Knuckles Down

J’ai trouvé une nouvelle fois une façon de faire du prosélytisme pour ce groupe qui m’a laissé un genou à terre à la première écoute. Si je réussis à donner à au moins une seule personne l’envie de chercher, et d’écouter ce groupe, mon pari sera réussi. Et je continuerai à écrire sur la musique que j’aime.

Pour aider, voici une playlist collaborative sur Spotify

 

The english version is here.

Publicités

3 réflexions sur “L’XTC du peuple

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s